mardi 11 janvier 2011

Costa Rican Pura Vida


Cela faisait bien cinq années que notre ami Yamil et sa femme Elka désiraient nous inviter chez eux à San José, capitale du Costa Rica. Nous n'avions pas eu l'occasion d'y aller plus tôt mais c'est un voyage que nous voulions absolument faire.


On nous avait prévenu que la nature était magnifique là-bas, mais le voir de nos propres yeux est tout simplement incroyable. Chaque parcelle de terrain est littéralement prise d'assaut par une végétation plus qu'envahissant. Le sol volcanique étant extrêmement riche, s'ajoute à cela un climat tropical chaud et humide, les plantes se retrouvent dans un environnement propice à leur développement démesuré.



La faune aussi est phénoménale au Costa Rica. 5% de la biodiversité mondiale se trouve au Costa Rica alors que le pays ne représente que 0.03% des terres émergées de notre planète. Beaucoup d'espèces sont d'ailleurs endémiques du Costa Rica voire de certaines petites parties du pays seulement.


La grenouille photographiée en tête de poste est une "red eyed tree frog". Non endémique, elle n'en demeure pas moins un des emblèmes du Costa Rica.


Extrêmement difficile à trouver en pleine nature, j'ai photographié celle-ci au Renario de Santa Elena à deux pas de la réserve de Monteverde. Nous nous y sommes rendus une première fois de jour et ensuite à la nuit tombée. Les flash étaient proscrits pour ne pas déranger les amphibiens qui sont beaucoup plus actifs de nuit, mais par contre les guides nous fournissaient des lampes torches d'une puissance relativement correcte. Le lieu étant complètement sombre, je n'avais pas besoin d'une grande intensité lumineuse pour assombrir le fond et n'éclairer que la grenouille par mes propres soins.


Kinga a donc judicieusement placé le faisceau lumineux de sorte que rien à l'arrière-plan ne soit éclairé. J'étais muni pour l'occasion d'un panasonic DMC-FT1 dénué de mode manuel mais étanche et antichoc ce qui s'est avéré très utile dans les forêt vierges humides costa ricaines. Une fois n'est pas coutume, je n'ai pas shooté en mode manuel mais en mode portrait, ce qui me garantissait une grande ouverture.



Pour le colibri ci-dessus, deux impératifs s'imposaient: de la patience et un mode rafale. Ces petits oiseaux sont d'une vivacité extrême.


J'aurais bien voulu obtenir une photo sur fond sombre d'un colibri. Mais dans ce cas-si, un fond noir était impossible sans flash. A moins (j'y pense maintenant) d'avoir emporté un drap noir.


Pour que l'oiseau se détache bien sur l'image, j'ai d'abord choisi le cadre dans lequel je voulais qu'il s'inscrive. Quelques arbres sombres et de la végétation sur la partie supérieure pour remplir l'image. Je n'avais plus qu'a attendre qu'un oiseau passe dans l'axe et à garder mon doigt appuyé sur le bouton pour que le mode rafale fasse son office.


300 clics plus tard, j'avais ma photo!


Les petits singes sont bien plus facile à photographier. Les "white faced monkeys" n'ont pas du tout peur de l'homme et n'hésitent pas à venir mendier de la nourriture. Mon G10 n'étant pas un foudre de guerre en ISO élevés, je devais juste attendre qu'ils arrêtent de bouger et prennent la pose. Sous les branchages, la lumière fait souvent défaut à 100 ISO.



Ces autre singes avaient choisi les câbles électriques longeant une route pour se déplacer. Ils utilisent habilement leur queue pour se maintenir en équilibre sur le câble. Pour la photo ci-dessous, j'avais beaucoup de chance que la lumière du soleil vienne de la gauche, face à la direction de déplacement des singes. J'ai simplement attendu que la lumière éclaire correctement le visage de la femelle pour déclencher. Par chance le petit continuait à regarder dans notre direction. Un véritable studio naturel.



Les iguanes sont très présents au Costa Rica. Celui-ci a eu la gentillesse de se placer au soleil pour la photo.



Comme je l'ai déjà signalé dans de précédents posts, le panoramique est une arme redoutable en voyage. Je n'hésite jamais à user et abuser de ce format pour photographier un paysage. J'utilise le mode manuel de mon appareil (ici un canon G10) et je fusionne ensuite les images sur photoshop.



La côte pacifique, au nord du Costa Rica. Welcome to Paradise!



Le volcan Arenal sous les nuages. Encore en activité de nos jours.



Ambiance très particulière au sommet du volcan Irazu. Plus calme que l'Arenal, lui non plus n'est pas encore éteint.



La "cloud forest" qui se distingue de la "rain forest" et de la "dry forest" en étant presque en permanence envahie par les nuages. La "rain forest" étant extrêmement pluvieuse, la dry forest, située plus bas est quand à elle la moins humide, à défaut d'être sèche.


Plus de photos ici


More to Come...

3 commentaires:

chinese a dit…

the paradise.. amazaing photos!congratulations!!

Yves a dit…

Génial Martin !!! Continu a nous faire rever !!! Super !

Anonyme a dit…

each time i used to read smaller content that also clear their motive, and that is also happening with this post which I am reading now.


Look at my blog post; educational toys